Partager:

Maltraitance: qui alerter?

Notre expert

Ce sont en premier lieu les autorités, qui sont:

  • L’Office régional de protection de la Jeunesse, ou
  • Le Juge de Paix de votre district, ou
  • La Police cantonale (ou municipale), ou
  • beaucoup plus rarement le Tribunal civil ou le Tribunal pénal.
  • Le Centre Lavi de votre canton

Si vous travaillez dans un domaine rattaché à l’enfance, en cas de doute quant à l’évaluation de la situation et de l’attitude à adopter, vous pouvez vous adresser à des professionnels:

  • à l’infirmière scolaire, au médecin scolaire, à la psychologue scolaire de votre école ou de votre institution, ou 
  • au Groupe de référence cantonal avec lesquels vous pourrez discuter.

Mais votre responsabilité quant à l’opportunité de dénoncer une situation ne peut vous être enlevée par ces professionnels, particulièrement dans une situation grave, à moins que l’un de ces professionnels ait décidé de dénoncer la situation à votre place.

Quels sont les risques pour les personnes qui signalent ?

En droit, il faut que l’action soit proportionnée au but visé et aux circonstances. Cela s’applique aussi dans le domaine de la maltraitance. Si on obtient des confidences  «vraisemblables» d’un enfant, ou que l’on a des soupçons «fondés», le signalement à une autorité est la règle. La loi ne puni, sur plainte, que la diffamation (qui cherche à porter atteinte à la réputation, à l’honneur de quelqu’un), ou la calomnie (qui attaque la réputation, l’honneur de quelqu’un par des mensonges).
Dans le canton de Vaud, le signalement est même obligatoire.

Commentaires





sansmamaman
29.12.2014 00:18

un jour on m a enleve mes enfants temporairement..sans prevenir
un choc ..
la plus petite a 10 ans
et ve avant noel elle me dis
maman pkoi papa me tape sur la tete..ca fait trop mal et donnw ds coups de pieds sil est fache?
avant grans mere m enfermait ds la chambre kan je voulait pas manger et maintenant kan il la main..j ai peur je pensee kil va me taper.
j ai averti le spmi
ke va t il se passer s ils me croient pas..?
a ki peut t on s adresser ?
ma fille est fatiguee les yeux rouges
j avais oublie kil m avair tape donne ds coups de pieds et essayer de m etrangler a 2 reprises..
jw veux pas elle souffre ...
au secours..komment peut il avoir la garde ?
elle fait koi la justice ??

soleil
11.01.2013 20:01

vous lire me rend triste, à l'école, la maîtresse de mon fils l'a vu arriver en larmes (il avait presque 8 ans), à 8h du matin, accompagné de son père (j'étais à l'étranger pdt 3 jours et l'avais laissé pour la 1ère fois dormir chez lui). Le père, toxicomane, n'était pas dans un état normal selon la maîtresse qui l'a transmis à la directrice. J'ai été convoquée. Parallèlement, nous avons vu cette même semaine le pédopsychiatre de mon fils. Il lui a dit, en pleurant "mon papa est malade, mon papa est pas normal". J'en ai pas su plus sur le moment (aujourd'hui, je sais que le père a été victime d'hallucinations auditives dues à une prise répétée de cocaïne et qu'il s'est bagarré en hurlant contre un adversaire inexistant ), et bien malgré ces témoignages, malgré l'état de mon fils qui pendant un an a souffert de crises d'angoisse quotidiennes, de diverses maladies (nous étions chaque semaine chez la pédiatre), le SPMi et l'OMP ont déclaré le père tout à fait adéquat et je n'ai jamais été écoutée. C'était en 2009, aujourd'hui encore mon fils est obligé d'aller chez son père (il en a peur mais il l'aime), alors ne venez pas écrire que l'école ou le SPMi peuvent aider un enfant qui souffre, c'est faux, tout dépend de la personne sur laquelle vous tombez au SPMI ou à l'OMP et je trouve tout cela scandaleux et inhumain. Tout bientôt, mon fils osera parler, mais il sera trop tard, le mal sera fait

Partager:

Nos adresses préférées

Ligne d'aide et d'écoute des enfants, des jeunes et des parents - 147

La ligne d'aide 147 de pro juventute dispense des conseils gratuits aux enfants et aux jeunes qui se trouvent en situation difficile. Par téléphone ou par SMS le n° 147 fonctionne 24h/24 et 7j/7 dans toute la Suisse, dans les 3 langues nationales. Confidentialité et gratuité garantie.

Un partenariat entre Projuventute et des permanences qualifiées.

> Zurich

KESCHA

Nouveau centre d’écoute pour les personnes concernées par la protection de l’enfant et de l’adulte

A lire

Voir également

Nos partenaires