Fermer

Ma commande

Votre panier contient les articles suivants :
Prix en franc Suisse
Votre panier est vide
Vider le panierVider le panier Commander

bannière générale théâtres

Biceps.ch

Pourquoi emmener votre enfant chez le psy ?

POURQUOI EMMENER VOTRE ENFANT CHEZ LE PSY ?

 

Un article écrit par Anne Jeger, psychologue clinicienne.

Elle reçoit des enfants, des adolescents et des adultes confrontés à des ruptures de lien (décès, maladie grave d'un proche, séparation,...), des difficultés familiales, scolaires ou professionnelles, des problèmes relationnels ou des questions existencielles. 

 

 

Encore aujourd’hui, certaines personnes associent le mot "psy" à la folie. Or beaucoup d’entre nous connaissons des enfants, des adolescents, des adultes qui consultent un psy et pourtant, nous les savons "normaux".
Quand vous avez des maux de ventre, vous allez voir un médecin; quand vous avez des bleus à l’âme, vous allez voir un psy.

Cela paraît tellement simple et pourtant, que de réticences!

Emmener son enfant chez le psy est loin d’être une démarche évidente. En effet, en tant que parents, il faut admettre que son enfant a peut-être un problème et que l’on a besoin de l’aide d’un tiers pour le régler. Ensuite, il s’agit d’accepter de raconter son histoire familiale à un parfait inconnu. Enfin, laisser son enfant chez le psy une fois par semaine coûte en argent, en temps et en déplacement. C’est un choix à assumer pour son bien-être.

Voir un psy ne signifie pas forcément faire une psychothérapie. Il arrive qu’une seule consultation suffise à rassurer parents et enfant en éclairant une situation délicate et difficile à comprendre. Parler tout simplement de la difficulté en question avec un psy permet aux parents de dédramatiser et d’y voir plus clair. Ils repartent confiants. Et votre présence en tant que parent est importante et significative pour votre enfant car il sent que vous vous inquiétez pour lui et que vous l’accompagnez afin de l’aider à surmonter son mal-être.
  

Quelques définitions

Françoise Dolto, dans son livre "Lorsque l’enfant paraît"*, explicite les termes de psychiatre, psychologue, psychothérapeute et psychanalyste.

  • Le psychiatre (c'est un médecin) a une expérience qui lui permet d’apprécier la gravité de la pathologie mentale. Il examine l’état neurologique du malade. Il prescrit, si cela suffit des médicaments chimiques efficaces pour apaiser les troubles. Il juge si le malade peut, sans risques pour lui et pour les autres, rester dans sa famille, ou s’il est plus prudent de le mettre au repos sous surveillance. Dans le dernier cas, il indique l'hôpital ou la clinique psychiatrique.(…)
  • Il y a des psychologues partout où des gens vivent ensemble: au travail, dans les écoles, à l ’hôpital, dans les prisons. Les psychologues font passer des tests pour apprécier les aptitudes de ceux qu’ils ont à examiner: l’intelligence, l’habilité manuelle, la sensibilité, la résistance à la fatigue, etc. Il y a aussi des tests de la personnalité, du caractère. (Ils mènent également des entretiens cliniques pour mieux comprendre la difficulté présentée par la personne qui consulte).
  • Il y a des psychologues qui font des psychothérapies, ceux qui sont formés à cette fin et qui ont des contacts faciles avec tous les enfants. (…) La psychothérapie est une suite d’entretiens: on parle, le psychothérapeute écoute, met en confiance, permet d’exprimer ce qui ne va pas pour un sujet dans ses "états d’âme" et dans ses relations avec autrui. Quand on peut se confier à quelqu’un, quand on est sûr de sa discrétion, ça aide. (…) On peut faire une psychothérapie simple ou de soutien avec un médecin, un psychiatre, un psychologue, qui sait mettre en confiance, relancer la parole, aider à l’expression de ce qu’on a sur le cœur.
         
  • Le psychanalyste a été lui-même psychanalysé. (…) Dans une psychanalyse, le patient est sur le divan, il ne voit pas le psychanalyste. Il s’agit pour le patient de dire tout ce qu’il pense et ressent. (…) A travers la relation imaginaire du psychanalysant avec le psychanalyste et les rêves dont il lui parle, il revit inconsciemment ses expériences passées en remontant dans son histoire. C’est comme une aventure au bout de laquelle on est moins fragile psychiquement, si je puis dire. Dans une psychanalyse, on évoque les souvenirs les plus anciens. C’est une sorte de reviviscence de toute la vie – amour, haine, méfiance, confiance, etc – (…)
      

Avec les enfants, c’est toujours une écoute de l’inconscient, mais la technique n’est pas seulement le recours à la parole; c’est aussi par le dessin, le modelage, la mimique expressive, que l’enfant fait comprendre ce qui, de son passé, lui fait un barrage inconscient que ni la technique ni la bonne volonté ne peuvent vaincre. (…)
  

La psychothérapie, elle, se passe face à face. Le patient et le soignant parlent tous les deux. Le soignant intervient pour faciliter l’entretien, aider le sujet à s’exprimer. (…) La psychothérapie vise plutôt les troubles conscients, la relation avec les proches, la réalité actuelle et comment y faire face. Elle opère plus en surface et plus vite. Elle est souvent suffisante pour retrouver un équilibre viable, reprendre confiance, repartir du bon pied, sortir d’une période difficile dont on ne se serait pas sorti seul.
  

Les signes inquiétants

Ils sont divers et variés suivant les étapes de la vie traversées par l’enfant.

Il faut s'inquiéter si ces différents signes sont soudains et prégnants. Il est bon de consulter:

  • lors d' un changement de comportement: agressivité, apathie, mutisme, apparition de tics, rituels de vérification ou de lavage.
  • lors d' un fléchissement soudain et inexplicable des résultats scolaires.
  • lors de troubles anxieux, angoisses, phobies d’animaux, phobies scolaires, etc.
  • lors de troubles de l’alimentation: anorexie, boulimie, vomissements répétés.
  • lors de difficultés du sommeil: endormissement, cauchemars, insomnies.
  • lors de manifestations psychosomatiques: énurésie (pipis au lit), maux de ventre, etc.
  • lors de troubles de l’humeur: pleurs fréquents, tristesse apparente, grande fatigue, repli social (l’enfant n’a pas d’amis), manque de confiance en soi.
  • lors de signes de régression: il redevient bébé, ne s’habille plus tout seul, vous êtes obligé de lui répéter dix fois la même chose, il recommence à se mouiller dans la journée ou la nuit, il régresse dans ses apprentissages et a tout le temps besoin qu’on l’aide et le stimule.

Ils peuvent faire suite à un événement particulier ou inattendu comme la perte d’un être cher, le divorce de ses parents, la naissance d’un frère ou d’une sœur, un déménagement, etc.
   

A qui s’adresser ?

Le premier interlocuteur doit être le pédiatre ou le médecin de famille, en particulier pour les enfants âgés de moins de 3 ans. Ils seront aptes à vous conseiller et à vous orienter vers un spécialiste si votre enfant en a besoin.

Parfois, un maître d’école ou un membre de la famille a un recul suffisant pour analyser la situation de manière objective et la dénouer facilement.

Choisir un psychologue est chose délicate. C’est pourquoi, il est nécessaire d’en rencontrer plusieurs. Le plus important, c’est que votre enfant se sente bien avec lui ou elle. A-t-il confiance? Comment vous en parle-t-il?

Bien entendu, votre jugement a du poids, mais sachez que certains parents sont jaloux du psychologue de leur enfant et, à terme, font cesser les rencontres parce qu’ils n’acceptent pas l’aide extérieure.

Il est bon aussi que vous expliquiez à votre enfant pourquoi vous l’emmener voir un psychologue, que vous l’aidiez à prendre conscience de ce qui a changé chez lui et qui vous préoccupe aujourd’hui. "Nous allons voir une dame/un monsieur dont le métier est d’aider les enfants. Nous y allons pour chercher des solutions à ton problème de sommeil (par exemple)."

"La confiance, la sympathie, la discrétion et l’envie de se sortir de sa difficulté sont nécessaires" F. Dolto.
  

Comment se passe le premier entretien ?

Avant la première rencontre, il vous faut décider si vous vous voulez être seul ou accompagné de votre enfant. Il serait juste de dire que votre démarche concerne votre enfant et il est normal qu’il soit présent. Cependant, certains parents préfèrent venir seuls la première fois pour exprimer leurs craintes ou leurs inquiétudes librement.

Si vous venez seul, vous partagez votre difficulté au/à la psychologue et il/elle vous pose des questions, vous guide pendant l’entretien. La séance suivante, vous viendrez avec votre enfant.

Si vous êtes accompagné de votre enfant, le/la psychologue mène un entretien, s’intéresse à la vie de votre enfant, à l’histoire familiale. Et tandis que vous discutez ensemble, votre enfant est dans la même pièce et joue ou dessine. Chacun peut s’exprimer et participer à l’entretien.
   

La prise en charge thérapeutique

Si le/la psychologue décide d’un suivi plus long pour votre enfant et que vous l’acceptez, il sera bon de respecter cette démarche et de ne pas harceler votre enfant de questions faisant suite aux entretiens. C’est son jardin secret. Toutefois, montrez votre intérêt et accompagnez-le, si possible, à ces rencontres hebdomadaires.

Un suivi plus long donne lieu à une prise en charge thérapeutique. Selon l’âge de votre enfant, le/la psychologue vous demandera d’assister aux séances. Celles-ci durent entre une demi-heure et trois quarts d’heure.

Pour le/la psychologue, le but est toujours le même, quelque soit l’âge de l’enfant: l’aider à mettre des mots sur ses difficultés, à donner du sens à ce qu’il vit de difficile pendant cette période de sa vie. Au bout d’un certain nombre de séances, il/elle peut demander à vous rencontrer pour faire le point.

 

La durée de la thérapie varie d’un enfant à l’autre. Elle demande une coopération de l’enfant et de sa famille pour être menée au mieux, "parce qu’aussi l’enfant est bien souvent porteur désigné d’un symptôme qui révèle une problématique familiale non résolue". G. Poussin, psychanalyste.

 

"Si les parents font confiance à leur enfant et à la psychothérapie, s’ils soutiennent leur enfant dans les moments d’angoisse inévitable à ce genre de traitement, s’ils persévèrent eux-mêmes dans les moments où ils doutent, ils seront récompensés. La psychothérapie a ses limites, elle n’est pas magique. Il y a des souffrances morales, affectives ou intellectuelles pour lesquelles il n’y a pas encore de solutions". F. Dolto.

  
Parce que nous sommes très proches de nos enfants, nous ne comprenons pas toujours ce qu’ils vivent. Nous avons notre propre histoire, nos propres défenses et parfois, nous ne voulons pas voir ce qui fait mal à notre propre chair.

Acceptons de demander une aide et un soutien extérieurs pour y voir plus clair et continuer de cheminer aux côtés de nos enfants, confiants.

* "Lorsque l’enfant paraît", Françoise Dolto, Editions du Seuil, 1978.

Partager cet article

Commentaires

Ajouter un commentaire
Evénements
25
Septembre
27
Novembre
19.30h – 22h

Cours pour parents - Par sessions de 8 cours

2012 Auvernier, Grand Rue 4
Cours compact:
jeudi, 25 septembre,
2 / 23 / 30 octobre,
6 / 13 / 20 / 27 novembre 2014
Animé par Kirsten Kirschner
Inscription au Tel. 032 731 52 18 ou info@kirschner.ch Prix: Fr. 270.- par personne, Fr. 490.- par couple
Pour parents d'enfants entre 2 et 12 ans
24
Octobre
15
Novembre
Formation de 4 jours

Formation des formateurs et des formatrices du cours pour parents Parents Plus

Espace Riponne, Pro Senectute Vaud, Rue du Maupas 51, 1004 Lausanne
La formation permet de comprendre l'approche globale et l'éthique qui sous-tendent
 le cours, d'appréhender sa structure et d'exercer sa mise en pratique.
 Elle s'adresse à des personnes travaillant avec les parents dans le domaine de
l'éducation, de l'enseignement, de l'action sociale ou de la psychologie par
exemple.
 La formation pour les formateurs-trices se déroule sur 4 jours (2 vendredis –
samedis), à un mois d'intervalle environ.
Animatrices
– Kirsten Kirschner, formatrice d'adultes DIFA, conseillère en éducation et coach indépendante, formatrice Parents Plus® et multiplicatrice agréée DKSB (fédération allemande de protection de l'enfant).
– Andréa Krauss, psychologue conseillère en orientation, formatrice Parents Plus®.
Coût: Formation (4 jours, 27 heures) CHF 1350.- + manuel CHF 150.-
Inscription:
Vous pouvez vous inscrire en utilisant le formulaire d'inscription disponible sur notre site Internet
La date limite pour les inscriptions est le 24 septembre 2014.
Les frais d'annulations s'élèvent à CHF 100.- jusqu'à la date limite des inscriptions.
Passé ce délai le montant total de la formation est dû.
http://www.starkeeltern-starkekinder.ch/5_Parents%20Plus/F_Plus_3.htm
A lire
Sur ce même sujet
Aide: Pipi au lit - Enurésie nocturne Jalousie Estime de soi et développement personnel de mon enfant Sommeil et enfant Enfant terrible Enfant unique : un profil type? Hyperactivité Jamais sans mon nounours Enfant précoce Surstimulation des enfants: attention! Aide éducative, conseillers en pédagogie Sexualité dans la fratrie: un défi pour les parents Jumeaux et enfant unique Management familial: "C'est qui le chef ici?" Management familial: Comment construire une éducation non violente? Concentration et enfant: comment et pourquoi se concentrer? Peur d'aller à l'école? La phobie scolaire Frères et sœurs: dialogues d'amour et de haine Aider l'enfant à grandir: Apprivoiser ses peurs Aider l’enfant à grandir: Les chemins de l’autonomie Conflits de loyauté : copain ou famille, faut-il choisir ? Avons-nous le droit de dire non? L'enfant terrrible, je ne le supporte plus! J'ai mal au ventre, j'ai mal à la tête Mon enfant m'échappe La crise de l'adolescence Enfant: participer aux tâches domestiques Repas, mon enfant à table: Il ne veut pas manger - Il mange trop, pas assez, mal ... Protection de l'enfance Intelligence émotionnelle Petit déjeuner: un ami trop souvent oublié! Alimentation des enfants: Récréation: goûter/collation des enfants: plaisirs bienvenus ? Mensonge et enfant: pourquoi l’enfant ment-il? Enfants et activité physique: les bienfaits intellectuels du sport chez l'enfant Activités thérapeutiques - pédagogiques avec les animaux Créativité: conseils - ateliers pour stimuler la créativité Jeux: ses bienfaits pour les enfants et les adultes Activités parents-enfants Méthode Gordon Ce que coûte nos enfants! Activité physique chez l'enfant Temps de réflexion… Education aux nouveaux médias Ateliers de soutien parental, conférences, cafés-débats pour parents Ateliers de soutien parental STEP Communication non violente Méthode Faber & Mazlish: Parler pour Que les Enfants Ecoutent, Ecouter pour Que les Enfants Parlent Cours et atelier sur l'éducation pour les parents Enfant et sport Argent de poche Lecture des enfants: Comment la leur faire aimer? Ateliers - cours de langue enfant Cours Parents Plus®
Voir également
Nos adresses préférées
C'est votre enfant qui décide et vous voulez que ça change !!! Conseillère en éducation, je peux vous aider ... 1903 Collonges.
Apprendre à élever ses enfants. Le cours Parents Plus® permet d’accroître sa confiance en soi en tant que parent, de renforcer ses compétences éducatives et d’améliorer le climat familial. 3007 Bern
"Aucun homme ne peut rien vous révéler sinon ce qui repose déjà à demi endormi dans l'aube de votre connaissance..." Khalil Gibran. 1005 Lausanne
Autres adresses
Publicités 180x150 px

  •  

  • QI Ferme pédagogique VS

  • QI monteiro anniversaire

  • carré swiss vapeur parc neutre

  • carré OSEO magasin de jouets d'occasion

  • Enceinte au travail: vos droits
  •       

      FamilyShop
      Livres pour enfants
       Contes, brochures scolaires,

       jeux, et bien plus encore...

        

      >> Notre sélection

         

  •     

      >> Vacances scolaires