Ardevaz Monthey - Maturite Federale


Nos adresses préférées

Manger local et de saison

Notre expert

«Va et découvre ton pays» : la devise des amoureux des saveurs du moment

 © Florence Pictet, 2009

Le printemps marque le retour sur les étals d’une série de légumes et fruits cultivés près de chez nous : radis, ail des ours, asperge, rhubarbe.
C’est ensuite une symphonie estivale en rouge et vert: fraises, cerises, haricots, petits pois, courgettes. Pruneaux, poires et courges annoncent l’automne.
Puis vient l’hiver, on délaisse alors les crudités au profit des soupes et autres potées bien chaudes.

Ce n’est pas un hasard si « manger local » revient au goût du jour. Acheter des produits de saison issus de la région ou du pays est un gage de fraîcheur et d’alimentation diversifiée. Finis les mêmes repas à longueur d’année. C’est aussi l’occasion de faire d’intéressantes (re)découvertes. Le topinambour, par exemple, est de nouveau très tendance.

En plus de soigner ses papilles, privilégier les produits de saison permet d’économiser des centaines voire des milliers de kilomètres de transport. Inutile de détourner des cours d’eau pour alimenter des systèmes d’irrigation ou de recourir aux serres à tout va, avec la dépense de chauffage que cela implique. Ces gains ne sont pas négligeables à l’heure du réchauffement climatique et de la prise de conscience que les ressources de notre planète ne sont pas illimitées (eau, pétrole).

Dans son livre « Pourquoi manger local ? », René Longet rappelle que la proximité constitue un enjeu énergétique, qualitatif et social. Cela ne signifie pas renoncer aux bananes et aux oranges, qui ne poussent que sous des cieux plus cléments, mais se demander si cela vaut vraiment la peine d’acheter des fraises en février alors que celles estampillées « suisse » seront disponibles quelques semaines plus tard.

C’est aussi se demander quelle agriculture et quel type d’aliments nous voulons dans nos assiettes. « S’alimenter, c’est d’abord choisir : choisir que planter, que récolter, que préparer… ». La nourriture est le reflet d’une histoire, d’une tradition, d’un terroir, de préférences culinaires. Sans oublier sa dimension affective. Ne dit-on pas que « l’amour passe par l’estomac » ?

Pour en savoir plus :
René Longet, « Pourquoi manger local ? », Editions Jouvence, 2006
L’Association des Paysannes Vaudoises, une association impliquée dans cette thématique : www.paysannesvaudoises.ch
Un portail généraliste : www.agriculture.ch

Nos adresses préférées

Val d'Illiez

Auberge - Hôtel-restaurant "Le Relais Panoramique"

MERITE TOURISTIQUE - PARC ANIMALIER - PLACE DE JEUX POUR LES ENFANTS...

Martigny et Suisse romande

La fée coquette - Jessica Perroux

Riddes

Chocolaterie

BIENVENUE DANS LE ROYAUME DU CHOCOLAT! Divers ateliers "Chocolat" attendent petits et grands...

Riddes - Bovernier

Philfruits - Produits et spécialités du terroir valaisan

VENTE DE BOVERNIER : avril à octobre, tous les jours de 10h00 à à 19h00 -
VENTE DE RIDDES : mai à octobre, du lundi au samedi de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h00 et le dimanche de 9h00 à 12h00.

Fully

Terroir-vs.ch - Les produits du terroir valaisans

viandes, fromages, vins, confitures, miel , cosmétiques....Divers paniers garnis personnalisables

Bramois

Jardin Cosmetik

SHOP EN LIGNE - VENTE ET ATELIER DE FABRICATION de produits cosmétiques artisanaux naturels - ATELIERS DE FABRICATION (baume pour les lèvres, pour le corps, crème pour le visage, démaquillant, huile pour le corps, gommage, sels de bain)

Martigny-Croix

Restaurant de Plan-Cerisier

Restaurant de Plan-Cerisier, table familiale et de terroir valaisan - Brisolée - Brunch - Spécialité du terroir - Salle de réception et de banquet
LE MARDI ET MERCREDI: fermé (ouvert pour les groupes sur demande). JUILLET- AOÛT - OCTOBRE : ouvert tous les jours. DE NOËL A DEBUT FEVRIER : fermeture annuelle.

Autres adresses

A lire

Nos partenaires