Fermer

Ma commande

Votre panier contient les articles suivants :
Prix en franc Suisse
Votre panier est vide
Vider le panierVider le panier Commander

Biogénéalogie - Décodage biologique

La biogénéalogie

Un dossier préparé par Madame Fernande Piguet,
Kinésiologue diplômée

La biogénéalogie est une discipline thérapeutique complémentaire - et non substitutive - à la médecine.

Manière de comprendre le sens de la maladie (le mal a dit) à travers son histoire familiale.

 

Bio = la vie   Généalogie = étude et connaissance de l’origine et de la filiation des familles.


 
Elle vise, par une méthode d'apprentissage adaptée, à réactiver l'accès aux ressources innées de chaque patient afin que ce dernier puisse dépasser le trouble, le stress ou la difficulté dont il souffre.

Elle est fondée sur l’idée que nos comportements de vie résulteraient implicitement d’adaptations et de stratégies gagnantes de survie, en lien avec ce qui nous a été transmis et appris.

Chaque individu est unique. Ses réactions face aux difficultés sont puisées dans son capital inné et dans l'acquis mémoriel que lui ont transmis sa famille, son éducation sociale et son expérience de vie.

Lorsqu'un individu souffre de façon récurrente de réactions inadaptées aux problèmes qu'il rencontre, la biogénéalogie recherche à établir une correspondance entre le dysfonctionnement et les repères événementiels douloureux vécus précédemment qui lui ont été transmis par les membres de sa lignée.

 

Chaque personne est porteuse de deux programmes de survie : son programme d’individu et le programme de l’espèce humaine (la reproduction), ce dernier assurant la pérennité et de ce fait la bonne continuité de la lignée.
La biogénéalogie s'appuie sur un répertoire de profils-types dont la combinaison est spécifique à chaque cas et qui permet d'identifier et de définir avec le patient les voies d'apprentissage permettant à ce dernier de réactiver les ressources personnelles innées qu'il ne pouvait jusqu'alors utiliser.

Elle peut être assimilée à un système d’exploitation constitué de 29 profils-types (Conflits prioritaires = non sens).

Chaque conflit prioritaire est associé à un non sens bien particulier, avec ses repères dans l’histoire familiale et ses conséquences pour la descendance (comportements, troubles, pathologies) ainsi que les modèles d’apprentissage qui s’y rapportent pour la rééducation.

La biogénéalogie nécessite pour ceux qui la pratiquent de solides connaissances en anatomie, physiologie et pathologie ainsi que des compétences affirmées et communication interpersonnelle et en relation d'aide.

 

La Biogénéalogie pour qui?

La Biogénéalogie peut répondre à toute personne qui se trouve à un moment donné de son existence bloquée dans ses stratégies, dans l’incompréhension de ses peurs (adaptées ou non, adaptées au vécu du moment), dans ses répétitions continuelles avec l’impression qu’il y a chez elle des choses qui ne lui appartiennent pas. On n’arrive pas à atteindre ses objectifs.

 

La Biogénéalogie propose de ne pas attendre d’en arriver au stade de l’ordre du vital pour rééduquer ce qui est considéré comme un handicap afin de ne pas atteindre le point de non-retour, (la limite du supportable pour la personne).

 

 

But de la Biogénéalogie.

Corriger dès maintenant certaines données enregistrées, qui conditionnent dans le mauvais sens la vie d’une personne pour répondre aux questions restées sans réponse et donner à la personne les moyens de changer et de réaliser ses objectifs. 

Apprentissage avec la technique des 29 clés  (profils-types).

 

 

Pratique de la Biogénéalogie


3 étapes:

  • Savoir ce que l’on cautionne au travers de ses réactions, comportement, maladie en lien avec son vécu ressenti et la transmission (son histoire familiale).  
  • Accepter d’être confronté à ses peurs, sa maladie, ses réactions en lien avec ses ressentis au quotidien avec une conscience nouvelle.
  • Accepter l’apprentissage au quotidien afin de corriger en vue d’une progression pour  atteindre ses objectifs.
     

La physiologie du cerveau permet grâce à sa plasticité de créer de nouvelles connexions afin d’acquérir de nouveaux apprentissages et ceci jusqu’à la fin de ses jours. Il est donc possible de corriger des insuffisances. On doit se servir de sa propre infrastructure et élaborer de nouveaux réseaux de connexions, qui vont se greffer, modifiant ainsi ses comportements. Ceux-ci sont conditionnés par le besoin et la demande du patient.

Partager cet article

Commentaires

Ajouter un commentaire